Blog

Real Estate and Mortgage Blog

Modele de coquillage

Il existe une variété d`autres modèles de structure nucléaire. Le plus important est le modèle de goutte liquide. Ce modèle est incorporé dans la formule semi-empirique pour les masses nucléaires, qui donne une bonne explication pour les masses nucléaires, sauf pour les cas isolés tels que la particule alpha, le noyau 2He4. Il semble qu`il existe une sorte de structure de coquille qui tient compte des cas spéciaux qui ne sont pas correctement prédits par la formule de masse semi-empirique. L`un de ces modèles est le modèle Shell, qui représente de nombreuses caractéristiques des niveaux d`énergie nucléaire. Selon ce modèle, le mouvement de chaque nucléon est régi par la force attractive moyenne de tous les autres nucléons. Les orbites résultants forment des «coquilles», tout comme les orbites des électrons dans les atomes. Au fur et à mesure que les nucléons sont ajoutés au noyau, ils tombent dans les coquilles d`énergie la plus basse permises par le principe de Pauli, ce qui exige que chaque nucléon ait un ensemble unique de nombres quantiques pour décrire son mouvement l`objectif essentiel du modèle est le participant humain, ou LiveWare, le composant le plus critique et le plus flexible du système. Les bords de ce bloc ne sont pas simples et droites, et ainsi les autres composants du système doivent être soigneusement appariés à eux si la contrainte dans le système et la panne éventuelle doivent être évitées. La correction supplémentaire qui doit être faite est l`interaction spin-orbite. Son effet général sur le puits potentiel est montré dans l`esquisse ci-dessus à droite. Si le spin est opposé à l`élan angulaire orbital, le potentiel efficace est plus étroit, ce qui donne une énergie plus élevée de la même manière que le potentiel de puits carré.

Ceci peut être vu dans les séparations spin-orbite dans le diagramme de niveau du modèle de coque. Cependant, de toutes les dimensions du modèle, c`est celui qui est le moins prévisible et le plus sensible aux effets des changements internes (faim, fatigue, motivation, etc.) et externes (température, lumière, bruit, charge de travail, etc.). Le modèle SHELL est un modèle conceptuel de facteurs humains qui clarifient la portée des facteurs humains de l`aviation et aident à comprendre les relations entre les facteurs humains entre les ressources du système d`aviation/environnement (le sous-système volant) et la composante humaine dans système de l`aviation (le sous-système humain). 1 [2] on peut en finir avec l`approximation potentielle moyenne entièrement en étendant l`espace de modèle au noyau précédemment inerte et traiter tous les États de particule simple jusqu`à la troncation d`espace de modèle comme actif. Cela constitue la base du modèle de coque sans noyau, qui est une méthode ab initio. Il est nécessaire d`inclure une interaction à trois corps dans de tels calculs pour parvenir à un accord avec des expériences. [5] la preuve d`une sorte de structure de coquille et d`un nombre limité d`États d`énergie autorisés suggère qu`un nucléon se déplace dans une sorte de potentiel efficace bien créé par les forces de tous les autres nucléons. Cela conduit à la quantification d`énergie d`une manière similaire aux potentiels d`oscillateur carré et harmonique. Puisque les détails du puits déterminent les énergies, beaucoup d`effort est allé dans la construction des puits potentiels pour la modélisation des niveaux d`énergie nucléaire observés. La résolution pour les énergies de tels potentiels donne une série de niveaux d`énergie comme celui à gauche ci-dessous.

Les étiquettes sur les niveaux sont quelque peu différentes des symboles correspondants pour les niveaux d`énergie atomique. Les niveaux d`énergie augmentent avec le nombre quantique de Momentum angulaire orbitale l, et le s, p, d, f… les symboles sont utilisés pour l = 0, 1, 2, 3… tout comme le cas atomique. Mais il n`y a vraiment aucun analogue physique au nombre quantique principal n, ainsi les nombres associés au niveau commencent juste à n = 1 pour le niveau le plus bas associé à un nombre quantique orbital donné, donnant des symboles tels que 1g qui ne pouvait pas se produire dans l`étiquetage atomique Régime.